La recette du jour :
la blonde !

Prenez un corps de (récupération petites annonces)... Fi des griffes et des coups: on repart à zéro !

Plusieurs passages au décapant (attention: ça pique) seront nécessaires pour venir à bout de l'épais "coating"...

On procède lentement à l'aide de grattoirs plats sans insister. Si cela ne vient pas maintenant, ce sera pour la prochaine couche de décapant...

Comptez la bonne demi journée pour arriver à un résultat satisfaisant. (si tu es pressé: change de métier ;o) !



 

 

Il est impératif de laisser agir le produit et de ne pas se précipiter pour mettre le bois à jour... sous peine de risque de griffes. Si des taches persistent, appliquez localement le décapant et renouvelez jusqu'à obtenir un bois propre.

Une fois le "gros" du décapage terminé, lavez la bête à la lessive St Marc avec une brosse douce, puis rincez abondamment à l'eau claire. Un vigoureux coup de serviette et on laisse sécher à l'abri du soleil mais au vent si possible.

 

Il se peut que des taches de gris subsistent: pas d'affolement ni d'acharnement...

Un passage délicat avec de la laine d'acier triple 0 puis l'application d'un éclaircisseur feront l'affaire.

Etape suivante: on inonde d'alcool à brûler ( en laissant sa clope éteinte au vestiaire) et on caresse amoureusement avec la laine d'acier puis on finit au chiffon doux. (mouvements circulaires tout en privilégiant le fil du bois)

Dernière phase: un dernier passage au papier à poncer
( 1000 à + si affinité) que l'on aura au préalable fait tremper dans un bol d'eau tiède additionnée de liquide vaisselle (ou agent mouillant pour les puristes (mais c'est plus cher et c'est pareil ;o))) ! ).

Ce pré trempage adoucit le contact et évite l'encrassement du papier.

 

Le résultat intermédiaire (ci contre en bas à gauche de l'image) indique qu'il faut renouveler l'application d'alcool à brûler.

Encore une fois: ne soyez pas pressé !

Entre chaque passage: renouvelez la finition au papier 1000 et + comme ci dessus...

 



 

 

Bon, Ok, raz le bol du bout de bois et de ses taches persistantes, il y en a que l'on va finir par accepter !
(mais juste les toutes toutes petites)

On termine par un vernis (satiné) en légères couches...

Là encore: séchage... Petite caresse avec le papier mouillé (hummm !) ... Et on recommence.

Au bout de trois ou quatre fois, ça lasse : on dit que c'est bon comme cela ! (une fois bien sec, une caresse du dos de la main nous le prouvera ! (re - hummm !))



Elle est belle la blonde au soleil non !??

Prévoyants que nous sommes, nous avions réservé dans notre placard un manche fraîchement taillé dans un bel érable de passage.

 

Quelques vilains coups de scie sauteuse, gouge et racloirs et de trous plus tard... 

Ponçage(ssss), et vernis (3 couches aussi) brillant cette fois (faut que ça glisse !) ...



 Voilà le manche prêt à intégrer le corps ! (il a une bonne tête non !??)

 


Juste avant de consommer cette union, nous pensons à blinder l'intérieur de la "cage technique"...

Notez que certains sites recommandent l'usage du graphite en bombe...

Expérience faite :

1) "ça coûte un bras" !
2) la répartition n'est pas forcément très homogène.
3) un bon vieux scotch pour les joints de tuyaux de poêle fonctionne très très bien (en en plus on peut souder dessus !). NB: débordez par endroit pour assurer la conductivité avec le blindage du pickguard.

pour une application précise il faut des outils de précision : un briquet Bic fera l'affaire !
 

 

Le blindage étant fait...  Passons à l'électronique !


verso...


recto...

(t'es pas obligé de faire un rond rouge fluo autour du switch...
c'était juste pour te le montrer ! )

 



Il s'agit ici d'un câblage type "stratoïde" équipé en S/S/S.

Trois micros simple bobinage et un sélecteur 5 positions soit : Neck / Neck+mid / mid / mid + bridge / bridge...

Un potard pour le volume global et deux pour les tonalités (Neck & bridge). (pourquoi se fouler avec la tonalité du mid: je te le demande !!! de tout façon, y'a pas la place !)

Pour le fun, on va jouer les troubles fêtes avec un switch supplémentaire. Ben oui: N / N+M / M / M+B /B... pourquoi pas tout le monde ensemble !??
Voire... un peu plus !



Voilà le principe : un simple inverseur ou switch bi polaire... On prend la phase du Neck; la phase du bridge... Et on les balance toutes les deux direct en sortie en passant "à coté" du sélecteur 5 pos (qui reste donc actif !).

"ON / OFF" Bilan: 10 sons pour le prix de 5 ! (l'essayer: c'est l'adopter !.. Ami du fer à souder: c'est à toi de jouer !)

Bon, les pinailleurs (et d'autre part) pourront ajouter un déphasage général voire un déphasage par micro etc...

Mais il faut garder en tout une mesure (3/4); la prochaine sera pire que cela (6/8) !
 


En résumé, cette restauration / modification /re-création / métamorphose / ... (Ok j'arrête !)
Est à la portée de quasi tous et sans risque majeur.
(un peu comme une penta mineure : t'es toujours un peu dans le ton ;o) !

Matériel employé :
(mais t'es pas obligé , tu peux le faire avec les dents !)

- un banc de ponçage 45 cm à bande et lapidaire.

- une lime électrique B**** & D***** (un outil génial !)

- divers racloirs faits maison (lames de scie à métaux aiguisées au dos (tenue en arc pour racler à plat); profils inox avec morfil; bête racloir à papier peint.

- décapant chimique (bouteille verte et rouge).

- un gant pour pas se cramer l'épiderme avec le décapant.

- Perceuse à colonne

- ma visseuse préférée

- ma polisseuse en chef

- Du papier à poncer type carrosserie (le meilleur)

- de la lessive avec un petit ange dessus

- vernis satin + brillant

- du ravitaillement pour les luthiers ! (Blonde d'Esquelbecq pour l'inspiration !)

 

 

 

Ah, j'oubliais...

Pour le sillet de tête: un bon vieux bout de laiton (bien taillé) te donnera un sustainnnnnnnnnnnnnn....

Bien plus efficace !

Allez: on y va :
Et k'ça sonne !!!!

 

Bien Cordialement (par 4,6,7,12 et +)
Pierre.

[ retour aux réalisations ]
[retour à la maison ]